Primary tabs

Mise à jour au 31 août 2021

 

Les ruptures en cours de formation

Par rupture, on entend une rupture du contrat pendant la période d’exécution et l’on distingue plusieurs explications à la rupture :

  • Pendant la période d’essai (1 rupture sur 3) : cette rupture intervient majoritairement à l’initiative de l’entreprise qui considère que l’apprenant « ne fait pas l’affaire ». Dans ce cas, SmartCAMPUS aide l’apprenant à trouver une nouvelle entreprise pour signer un autre contrat. Dans le cadre de la sécurisation des parcours en apprentissage, l’apprenti dispose de 6 mois de sécurité pour signer un nouveau contrat.
  • Juste avant la fin du contrat (1 rupture sur 2) : ces ruptures sont souvent d’un commun accord, pour répondre au besoin de l’apprenant qui poursuit ses études sur un autre contrat en alternance ou qui ne reste pas en emploi dans son entreprise et trouve un travail dans une autre entreprise. Dans tous les cas, cette rupture n’empêche pas l’apprenant de passer ses épreuves finales pour la validation du diplôme.
  • Pendant la période d’exécution du contrat (1 rupture sur 6) : ces ruptures sont relativement rares mais proviennent souvent d’une incompatibilité entre l’alternant et son employeur. Cette rupture est signée d’un commun accord. Dans le cadre de la sécurisation des parcours en apprentissage, l’apprenti dispose de 6 mois de sécurité pour signer un nouveau contrat.

Les ruptures unilatérales de type « licenciement pour faute » sont extrêmement rares. Les ruptures pour défaillance de l’entreprise sont tout à fait exceptionnelles.

 

La réussite aux examens

Commentaire valable pour tous les diplômes à l’exception du BTS : L’échec aux examens est évalué par le rapport entre le nombre de personnes validant leur examen et celles participant aux épreuves constitutives de la certification du diplôme ; il est très rare qu’un candidat échoue à la validation en contrôle continu ou aux épreuves de certification en cours de formation. L’échec est quasiment toujours constaté à l’épreuve finale consistant en la présentation d’un mémoire devant un jury de professionnels. L’échec provient dans 50 % des cas d’un manque de contenu en lien avec le diplôme et dans l’autre moitié des cas d’un comportement inadapté lors de la soutenance orale.

Commentaire pour les diplômes BTS : L’échec au diplôme provient exclusivement, compte tenu de la nature des épreuves, de notes insuffisamment élevées aussi bien dans les matières d’enseignement général que dans les épreuves professionnelles, à l’écrit comme à l’oral.

 

L’insertion professionnelle

Les taux d’insertion professionnelle sont calculés à six mois après la fin de la formation. Un diplômé qui poursuit ses études en alternance est considéré comme en insertion positive.